Les élections législatives et présidentielle tunisiennes ont été très gravement influencées par des parties étrangères et les résultats eux-mêmes auront été déterminés par ces influences. Il appartient au Président de la République et, accessoirement, au ministre de la Défense Nationale d’enquêter et de réagir de façon vigoureuse face à ces très graves atteintes à la souveraineté nationale.

 

IWatch, qui est à l’origine de l’arrestation de Nebil Karoui, est financée par des parties étrangères

Pour commencer, l’affaire IWatch. Cette association tunisienne financée par des parties étrangères occultes (derrière plusieurs sociétés-écran se profilent deux pays qui sont très influents en Tunisie par l’intermédiaire d’un parti) n’a jamais attaqué Ennahdha, malgré les très nombreuses affaires de corruption dont elle s’est rendue coupable. Une question très simple a été maintes fois posée aux responsables d’IWatch sans que ces derniers ne puissent y répondre: « pourquoi n’avez-vous rien fait dans l’affaire Bouchléka? ». Quant aux questions sur l’envoi des jeunes en Syrie, les assassinats politiques ou encore sur l’armée secrète, IWatch répond systématiquement: « cela ne nous concerne pas, notre travail est axé sur la corruption ». Comme si toutes ces affaires n’étaient pas intimement liées à la corruption.

IWatch, financé par l’étranger a pourtant été à l’origine de l’arrestation du candidat favori à l’élection présidentielle sur la base d’un rapport ne comportant aucune preuve et dont le gouvernement Youssef Chahed a profité pour faire arrêter son principal concurrent. Cette atteinte grave à la souveraineté nationale tunisienne a donc été favorisée par le gouvernement Chahed lui-même et ses alliés islamistes qui, depuis 2012, disposent de couloirs judiciaires qui leur ont permis d’échapper aux nombreuses affaires dont plusieurs criminelles.

Alors que les machinations de IWatch, relayées sur le terrain par les propagandistes d’Ennahdha et de Tahya Tounes qui ont communiqué très fort, le 15 septembre au matin, jour du premier tour de la présidentielle, l’intox selon laquelle Nebil Karoui s’était désisté de la présidentielle. Résultat avéré par les sondeurs, plus de 30% des électeurs de Nebil Karoui se sont désistés.

Une sombre affaire de lobbying qui ne résiste pas à l’analyse

Pour les législatives, les mêmes parties étrangères à l’origine du financement de IWatch ont opéré une nouvelle attaque à deux jours du scrutin législatif. Selon tous les spécialistes, c’est cette attaque qui a fait subir au parti de Nébil Karoui la perte des 2 à 3 points qui lui ont couté sa nette victoire aux législatives. Cette affaire est complètement loufoque vu que toutes les allégations sont fausses:

1- N’importe qui peut uploader, dans le site du ministère américain de la Justice un contrat, sans justifier quoi que ce soit, et en mettant dans ce contrat tout ce qu’il veut. D’autre part, M. Nebil Karoui est uniquement mentionné dans ce contrat, il n’a jamais signé quoi que ce soit.

2 – le contrat de lobbying mentionne la préparation d’un rapprochement ou d’une rencontre de M. Nebil Karoui avec Poutine et Trump en contre partie de un million de dollars. Or, M. Nebil Karoui, président du principal parti progressiste tunisien adversaire des islamistes d’Ennahdha pourrait être reçu chaleureusement par ces deux personnalités sans dépenser un dollar.

3- Comment M. Nebil Karoui pourrait-il dépenser 1 million de dollars pour voyager aux USA et en Russie alors qu’il est interdit de voyage depuis le 23 juillet 2019? (le contrat est daté du 19 août).

4- Le responsable de la société de lobbying a déjà été impliqué dans plusieurs affaires similaires de désinformation et sabotage.

5 – Tous ceux qui ont participé à la propagande cette affaire sont très proches des milieux d’Ennahdha au national et des milieux qatari à l’international. Des médias financés par l’étranger et disposant d’une fausse crédibilité tentent le tout pour le tout, en usant de faux documents, pour continuer à maintenir le doute sur cette affaire complètement ridicule mais qui utilise les meilleurs vecteurs possibles pour la propagande: « lobbying », « un million de dollars », « USA », « Poutine », etc… Sauf que ce qui est reproché à M. Nebil Karoui est ridicule puisqu’il est parfaitement capable de rencontrer, comme mentionné plus haut, les plus grandes personnalités de la planète sans dépenser la moindre somme.

Où est l’Etat face à ces très graves atteintes à la souveraineté nationale?

Ainsi, les résultats des élections tunisiennes sont désormais conditionnés par l’étranger. Toutes les preuves de ces implications existent puisque le financement des parties intervenantes et les vérifications des fausses accusations sont à la portée des Renseignements et des différents services chargés de protéger la souveraineté tunisienne.

Or que se passe-t-il? Il s’avère que ces services sont dirigés par des gens qui sont eux-mêmes parties prenantes dans ces élections et qui, donc, préfèrent appuyer les parties étrangères, par l’arrestation de Nebil Karoui et en prenant le relai de la propagande, comme l’a fait Youssef Chahed, plutôt qu’en défendant la souveraineté nationale, ce qui constitue leur premier devoir envers la nation. Or, les Renseignements tunisiens ne sont pas un service homogène, il y a plusieurs services dont celui de l’armée, celui de la Présidence, celui de la Garde Nationale et celui de la Police. Plusieurs de ces services ont défendu chèrement la souveraineté nationale même dans les pires moments du pouvoir de la Troika. Qu’en est-il aujourd’hui?

Il appartient désormais au Président de la République et, accessoirement au ministre de la Défense nationale, sans oublier la Garde Nationale et son indéfectible fidélité à la nation, d’enquêter et de réagir de façon vigoureuse face à ces très graves atteintes à la souveraineté nationale.

 

Please follow and like us:
error

Commentaires