Donald Trump a lancé mercredi une mise en garde à l’Iran après les attaques meurtrières perpétrées mercredi dans la capitale du pays, affirmant que ceux qui soutiennent « le terrorisme » s’exposaient à en être les « victimes ».

Cette réaction est « répugnante », a riposté jeudi matin dans un tweet le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif, soulignant que « les Iraniens font face à la terreur soutenue par les clients des Américains », ce qui constitue un parfait retour de l’accusation à l’envoyeur. Il est vrai que le rôle des USA dans les conflits en Irak et en Syrie est trouble, particulièrement sur le soutien aux terroristes. Trump lui-même, durant sa campagne électorale, n’a pas hésité à attribuer la création de Daesh à Clinton et Obama.

Donald Trump « prie pour le peuple iranien »

Par ailleurs, Donald Trump avait déclaré « prier pour le peuple iranien » ainsi que pour les victimes innocentes des attaques de Téhéran, qui ont fait 13 morts ainsi que plusieurs dizaines de blessés.

De leur côté, les Gardiens de la Révolution, l’armée d’élite du régime, ont accusé les États-Unis et l’Arabie saoudite d’être « impliqués » dans ces attentats.

Le ton du président Trump, en tout cas, tranche avec les « condoléances » et « pensées » plus nuancées transmises plus tôt dans la journée par la diplomatie américaine, ce qui dénote encore une fois d’un double discours de l’Exécutif américain. Celui du président Donald Trump, asséné à coups de tweets ravageurs, et celui de l’administration US, bien plus sage et réaliste.

Absence de relations diplomatiques depuis 1979

Les États-Unis et l’Iran n’entretiennent pas de relations diplomatiques depuis le 4 novembre 1979, quand quelque 400 étudiants ont pris d’assaut l’ambassade des États-Unis à Téhéran et pris en otage durant 444 jours, cinquante-deux diplomates et civils américains. Le réchauffement amorcé par l’ancien président américain Barack Obama, signataire d’ un accord sur le nucléaire iranien en 2015 , a été stoppé par son successeur Donald Trump.
Pendant la campagne électorale, ce dernier avait promis à de nombreuses reprises de « déchirer » cet accord. Devenu président, il a orienté sa politique étrangère en direction de l’Arabie saoudite, grande rivale régionale de l’Iran. Les 20 et 21 mai, Donald Trump avait accusé Téhéran de « financer, armer et entraîner des terroristes […] qui répandent la destruction et le chaos à travers la région » et appelé tous les pays à « isoler » l’Iran.

Ces accusations ont pour cause le soutien de l’Iran au Hezbollah, principale force militaire libanaise et seul ennemi véritable et fiable d’Israël.

Le même Hezbollah, aux côtés des milices iraniennes et des armées syrienne et russe, lutte contre les dizaines de milliers de « djihadistes » dépêchés en Syrie par les wahhabites avec le soutien de l’Otan pour abattre le régime de Bachar Al-Assad.

Please follow and like us:
error

Commentaires