Le lendemain de l’immolation de son fils, la mère se rend devant le Gouvernorat. Elle interpelle les passants, dont plusieurs se joignent à elle. Cette marche provoque une manifestation spontanée…

1ère partie (ici) –  2e partie (ici) – 3e partie (ici) 4e partie (ici)  5e partie (ici)

18/12/2010 – Un embrasement rapide de Sidi Bouzid

Le lendemain de l’immolation de son fils, le 18 décembre 2010, la rage au ventre, Manoubia Bouazizi se rend devant le Gouvernorat devant lequel le jeune homme a tenté de mettre fin à ses jours. Ses cris ne passent pas inaperçus, larmes aux yeux, elle interpelle les passants, dont plusieurs se joignent à elle. Cette marche provoque une manifestation spontanée et personne n’ose empêcher cette foule de se réunir et de se rendre jusqu’aux portes barricadées du Gouvernorat. Dès lors, bien que les Brigades de l’Ordre public (53) stationnées sur place soient sur le qui-vive, les manifestations ne vont plus s’arrêter et chaque mouvement de foule est filmé, les séquences téléchargées sur Internet (54) et reprises par Global Voice (55) puis, une fois le buzz crée, par les médias étrangers .

22 décembre, Menzel Bouzaiene

Le mercredi 22 décembre 2010 à Menzel Bouzaiene (Gouvernorat de Sidi Bouzid), lors d’une petite manifestation, Houcine Neji, 24 ans, escalade un pylône électrique et crie qu’il ne veut « plus de misère, plus de chômage ».

Alors que certains médias parlent d’un jeune diplômé qui aurait également mis fin à ses jours, la vérité est en fait tout autre.

Une séquence vidéo montre clairement que sa mort est accidentelle : un arc électrique de près de 30.000 volts s’est formé (57) et l’a violemment foudroyé.

Le lendemain, après son enterrement, la révolte commence à gronder. Ses amis, qui partagent sa révolte et la misère dans laquelle baignent tous les jeunes, contribuent très fortement à l’embrasement du centre ouest du pays : la contestation se radicalise et s’étend aux villes voisines. Des centaines de jeunes diplômés chômeurs, frustrés par une situation qui les condamne à la précarité, s’identifient aux martyrs Bouazizi et Houcine Neji. Les posters de Bouazizi (le vivant !) sont imprimés, affichés, les jeunes diplômés sortent lors de manifestations pacifiques qui finissent souvent mal par l’intervention de casseurs.

23/12/2010 – A Carthage / Sidi Dhrif…

Alors que l’embrasement du centre ouest du pays se généralise et que la révolte commence à gronder, Ben Ali est loin d’imaginer que c’est la fin de son régime. Depuis quelques années, et particulièrement depuis la naissance de son fils, il est complètement déconnecté de la réalité d’un pouvoir en voie de déliquescence avancée, comme en témoigne la mise à sac indécente des fleurons de l’économie du pays par ses proches.

Le 23 décembre 2010, alors qu’il est clair que la situation est très grave, la vie au palais est à mille lieues de ces considérations : on avait promis au fils de Ben Ali que la famille irait passer les fêtes de fin d’année en Malaisie, mais la femme de Ben Ali vient de subir une opération de chirurgie esthétique, alors la famille a préféré une destination moins lointaine, Dubaï. Le jeune Mohamed Ben Ali (6 ans) étant triste et déçu, son père décide de lui organiser, avant le départ, une fête grandiose avec tous ses amis. Le soir même, la famille au grand complet s’envole pour Dubaï.

 


53 – . Brigades de l’Ordre public : Unités antiémeutes qui servent à contrer les mouvements de foules et à réprimer les contestations de masse.
54 – Dès le 18 décembre, les vidéos en provenance de Sidi Bouzid, Thala et Kasserine pullulent sur les réseaux sociaux. Plusieurs jeunes de la région ont uploadé des vidéos, suivis par des blogeurs comme Azyz Amami et Lina Ben Mhenni qui se sont déplacés sur les lieux. Et lorsque le blackout total a été opéré par le régime, les vidéos sont sorties des régions concernées sur divers supports et uploadées ailleurs.
55 – Réseau mondial de blogeurs qui, à travers les traductions et les publications à l’échelle de la planète, a la capacité de créer l’évènement. Cependant, les sujets choisis par Global Voice, et qui ne touchent jamais les alliés fondamentaux des USA (pétromonarchies et Israël) prouvent une certaine partialité de ce réseau fondé en 2004 au Berkman Center for Internet and Society de la faculté de droit de Harvard.
56 – Un arc électrique est un courant électrique visible dans un milieu isolant (gaz, air…).

Source (cliquez)

Commentaires