Une interview passée inaperçue, donnée par Sghaïer Ouled Ahmed à un magazine français, nous éclaire sur son combat et ses pensées.
Elle valait largement la peine d’être reprise pour commémorer ce premier anniversaire de sa mort. Sghaïer fait partie de ces Tunisiens qui, sous tous les régimes, se sont battus pour leur liberté. Il n’a jamais eu peur, ni du régime de Bourguiba, ni de celui de Ben Ali, ni de la dégénérée théocratie que les Frères musulmans ont tenté d’imposer à la Tunisie.

C’est grâce à des personnalité de cet acabit que la Tunisie d’aujourd’hui a gagné sa liberté, premier gage de la dignité.

Comment êtes-vous venu à la poésie ?

J’ai commencé à l’âge de 25 ans. C’est l’âge auquel est mort le grand Chebbi. J’y suis venu sur le tard, par la prose, par le journalisme.

De Sidi Bouzid, je suis allé à la capitale. J’y ai rencontré des poètes dans les cafés. Cela s’est fait comme ça. J’ai écrit un premier livre, censuré dans les années 1980 pour un passage sur Bourguiba. En 1993, j’ai fondé la Maison de la poésie à Tunis ; une première dans le monde arabe. Il en existait dans d’autres pays, notamment en France, d’où j’ai repris le concept.

De quoi parlent vos textes ?

De mes soucis, de l’Homme avec un grand « H », de la liberté dans son intégralité. Je crois aussi que les textes doivent être pris dans leur ensemble. On ne peut séparer la prose des autres formes de la poésie. J’écris tantôt l’un, tantôt l’autre. Je m’investis parfois physiquement, aux côtés des manifestants par exemple.

Vous avez rédigé un Commandement poétique de la Révolution. De quoi s’agit-il ?

Aucun parti, de droite ou de gauche, n’a guidé cette révolution. Je crois qu’elle a été guidée par un vers de Chebbi, qu’on retrouve dans l’hymne national et qu’on peut traduire ainsi « Lorsque le peuple aspire à la vie, le destin se doit de répondre ». On l’entendait dans toutes les manifestations. C’est d’ailleurs cette partie que les intégristes islamistes refusent de chanter. Depuis, j’écris une sorte de journal de la Révolution, sur les réseaux sociaux notamment. Ce récit, vivant, a pour objectif de lutter contre la falsification de l’histoire. Celle-ci s’écrit au présent.

Avec le recul, comment observez-vous l’évolution du pays ?

J’étais membre de la Haute instance pour la réalisation des objectifs de la révolution et de la transition démocratique. C’était une fonction bénévole, je le précise.

Nous sommes peut-être un peu responsables de l’arrivée au pouvoir des islamistes. C’était une période de transition. L’Occident aussi a une part de responsabilité. Bref, il y a eu un détournement des objectifs de la révolution avec l’arrivée au pouvoir des islamistes, que je combats depuis les années 1980. Un des slogans de la révolution était « dignité et liberté ». À l’arrivée des islamistes au pouvoir, la société s’est divisée entre musulmans et non musulmans.
Mais je suis historiquement optimiste. Heureusement qu’ils sont arrivés au pouvoir. On a vu ce qu’ils ont fait. Ils sont liés à la mort de Chokri Belaïd. Ils ont volé l’argent de la Tunisie et détourné les aspirations démocratiques du peuple. Ils ne croient pas à la patrie. Eux disent que les Tunisiens sont musulmans. Mais la religion n’a pas participé à la révolution. La confusion entre religion et politique mène au despotisme et à la dictature.

La Tunisie a été le premier pays des révolutions arabes à se doter d’une nouvelle constitution, en janvier, que l’Occident a salué comme une avancée pour les libertés. C’est votre avis ?

Pour moi, c’est une mauvaise rédaction d’un élève moyen du secondaire. Elle a été faite dans le cadre d’échanges entre partis. Elle peut être interprétée de différentes manières. Il y a beaucoup de littérature. Il aurait fallu des linguistes et des juristes pour la préciser. La langue est précise. La révolution tunisienne, la première des révolutions arabes, n’était pas dirigée seulement contre Ben Ali. Il s’agit de transformer le pays après quatorze ans de dictature, de sous développement, dans l’école, la politique, etc.

Vous vous disiez optimiste. Pour quelle raison ?

Je pense que les Tunisiens, comme les peuples des pays voisins, se rendent compte que les intégristes, les Frères musulmans et les autres, n’ont pas pour projet de mettre en place la démocratie dans ces pays. Rappelez-vous ce dialogue entre Al-Sissi et Morsi, en Égypte. « Nous sommes là pour cinq siècles », dit Morsi à Sissi. « Non, vous êtes en prison », répond Sissi.
Par ailleurs, les Frères n’ont aucun problème avec le libéralisme. Ils ne défendent pas une alternative économique. Ils tiennent un discours démocratique pour l’Occident, pas pour l’intérieur. C’est un double discours. Les gens s’en aperçoivent, désormais.

Vos propos sur les religieux vous valent d’être menacé ?

J’ai été agressé physiquement. Un cheikh a appelé à ma mort. Leur but, ce n’est pas le développement de la Tunisie. Avec les intégristes, les sociétés sont en danger. Leur interprétation de la religion n’a qu’un but : la conquête du pouvoir.

Propos recueillis par Mathieu HEBERT, Liberté-Hebd0 1022, du 6 au 12 juin 2014.
Please follow and like us:
error

Commentaires