Abdelaziz Boujemaa, surnommé affectueusement « Zizi », était un personnage doué de grandes qualités humaines et d’un professionnalisme hors normes.

Après des études secondaires au Collège Sadiki, il obtient son baccalauréat à Nice où il se lie d’amitié avec Gunther Sachs, réalisateur, photographe, auteur, héritier de deux des plus grands capitaines d’industrie allemands et prince de la Jet Set internationale. Cette amitié jouera beaucoup dans la future carrière de Abdelaziz Boujemaa.
Il poursuit ensuite des études supérieures à HEC Lausanne, c’est là qu’il rencontrera plusieurs futurs militants de la Révolution algérienne dont Abdelaziz Bouteflika et Ahmed Taleb Ibrahimi dont il fut très proche.
Il commence sa vie professionnelle comme cadre à la Société Tunisienne de Banque puis il réalise son projet hôtelier de La Baie des Singes, à Gammarth, à l’époque l’hôtel le plus luxueux d’Afrique. C’est cette unité qui inaugure le tourisme de luxe en Tunisie. L’hôtel attire rois, reines, princes et avec eux la crème de la jet set internationale qui découvre le joyau qu’était alors la Tunisie.
La Baie des Singes organise alors des événements internationaux qui attirent l’attention sur la Tunisie. Certains grands prix internationaux y étaient même organisés et étaient retransmis en direct sur des chaînes européennes.

Dans les années 70, avec l’Agha Khan tombé amoureux de la région de Ghar El Melh, il prépare un des plus grands projets de tourisme de luxe du monde. Mais Bourguiba, jaloux de la souveraineté nationale, refusa que la zone soit soumise à un filtrage des visiteurs, c’était une condition sine qua none du projet qui fut en fin de compte réalisé à Porto Cervo, en Sardaigne.

Abdelaziz Boujemaa a également réalisé une grande carrière de conseiller des grandes fortunes du Golfe désireuses d’investir dans le tourisme, il fut ainsi l’initiateur de nombreux projets comme ceux de Tunis Nord ou de Sousse Nord. Il initia également de grands projets en Europe. L’un d’entre eux défraya même la chronique, il s’agit de l’acquisition du Palais de la Méditerranée, à Nice, qui entraîna un tollé des autorités locales de l’époque, voyant dans cette acquisition une atteinte à la spécificité culturelle française…

Grand visionnaire, bénéficiant d’un exceptionnel réseau de connaissances, Abdelaziz Boujemaa laisse un flamboyant souvenir.

La Nation présente ses condoléances à sa famille.

Please follow and like us:
error

Commentaires