Merial, un groupe français, leader mondial en santé animale, présent dans plus de 150 pays à travers le monde (CA 2015 : 2,5 milliards d’euros) qui emploie 6 900 personnes, a été épinglé pour la seconde fois pour escroquerie en Tunisie.

La Cour d’appel du Tribunal de Tunis a rendu, le 31 mars 2017, son verdict, à l’encontre de A.H.S. et M.G., représentants de la dite société en Tunisie. Les prévenus ont été condamnés à 8 mois de prison ferme.

D’après les éléments du dossier, l’affaire concerne l’importation illégale de médicaments vétérinaires en Tunisie et la fraude liée à l’origine. Les accusés ont importé ledit produit sous forme liquide, à partir du Brésil, en vrac, puis ils l’ont mis en bouteille en Tunisie. Le produit en cause, un antiparasitaire bovin sous forme injectable, est estimé à 248 euros les 200 ml.

Rappelons qu’en 2012, la Justice tunisienne a prononcé son verdict en cassation à l’encontre du même laboratoire basé à Lyon, dans une autre affaire d’escroquerie dont ont été victimes les clients tunisiens. La maison mère avait été condamnée à 150.000 DT d’amende tandis que la Pharmacie centrale tunisienne et le représentant de Merial Tunisie avaient été condamnés respectivement à 50.000 DT et 1.450 DT d’amendes.

Notons que Merial a été fondé en 1997 par le laboratoire français Institut Merieux, entre autres responsable dans les années 1980 du scandale du sang contaminé qui avait fait plusieurs victimes, y compris en Tunisie. Repris par Sanofi en 2009, Merial a été absorbé début 2017, par le géant Allemand Boehringer Ingelheim.

Please follow and like us:
error

Commentaires