M. Rafik Ben Abdessalem Ben Bechir Bouchlaka, gendre de Rached Ghannouchi le leader d’Ennahdha, était ministre au sein du gouvernement de la Troika (2012-2013) qui a été très affectée par l’affaire très controversée du SheratonGate, un scandale de mœurs et de détournement d’argent public médiatisé à la suite des révélations de la blogueuse Olfa Riahi.

A l’origine de l’affaire, un don du gouvernement chinois à la Tunisie, directement versé dans un compte personnel de M. Rafik Ben Abdessalem Ben Bechir Bouchlaka lorsqu’il était ministre des Affaires Etrangères. Il s’agit de la première grosse inculpation politique lancée depuis l’offensive anticorruption du gouvernement.

Le Ministère Public au sein du Pôle Judiciaire Economique et Financier demande à Monsieur le Premier juge d’instruction du bureau 26 du Pôle Judiciaire Economique et Financier d’inculper Rafik Ben Abdessalem Ben Bechir Bouchlaka ainsi que toute personne impliquée révélée par l’enquête pour l’usage, par un fonctionnaire public, de sa qualité pour se procurer lui-même ou procurer à autrui un avantage injustifié portant préjudice à l’administration et l’utilisation illicite des deniers publics en vertu des articles 32, 82, 96, 98 et 99 du code pénal, et de l’article 58 du code de la comptabilité publique. Il demande au juge d’émettre les mandats nécessaires.

Rappelons que c’est lors de son mandat à la tête des Affaires Etrangères tunisiennes que, le 12 février 2012, lors de sa visite au Caire, il annonce la tenue à Tunis d’une conférence sur la Syrie destinée à trouver une solution à la répression de la révolution. C’est à la suite de cette conférence que des milliers de Tunisiens sont partis en Syrie combattre le régime de Bachar El Assad dans les rangs de diverses milices dont certaines étaient affiliées à Al Qaida ou encore à Daech.
Mme Leila Chettaoui, ancienne députée Nidaa Touness et aujourd’hui députée Al Horra a lancé une commission d’enquête sur l’envoi des jeunes en Syrie. Elle a subi diverses pressions dont son renvoi du groupe parlementaire de Nidaa.

Please follow and like us:
error

Commentaires